Mon grand-père : Louis François, dit Francis BRESSE (1 ère partie)

Louis François, dit Francis BRESSE a été le 3 ème enfant et seul fils de Jean Louis Gustave BRESSE

Il a eu une sœur ainée, Louise BRESSE (1855-1625) a épousé Louis LACOMBE qui est devenu notaire à Artas

La famille LACOMBE est restée très impliquée à Artas, car le fils Charles a été notaire, Juge de Paix, Maire d’Artas (1919-1935)

Sa deuxième sœur, Isabelle Françoise Marguerite BRESSE (1859-1900) a été religieuse et est décédée à Montélimar, à 41 ans.

Louis François, dit Francis BRESSE est né le 26 décembre 1860 (mercredi) à Vienne (Isère)

Quelle a été sa jeunesse ?

Nous n’avons pas tellement d’informations sur sa jeunesse. On sait juste qu’il a du faire ses études au Collège Ponsard qui est un collège public venant d’un collège de jésuites, créé en 1622.

Sur cette photo de la classe du baccalauréat, Francis BRESSE est sur le rang du haut, le deuxième en partant de la droite. A cette époque, très peu d’élèves passait le baccalauréat ; les élèves sont bien habillés et certains sont même en uniforme avec un képi.

Il a sans doute poursuivi ses études à la faculté de droit de Lyon. Il avait la licence de droit.

Quand est-ce qu’il a pris la suite de son père comme avoué ?

Gustave BRESSE est décédé le 5 Mai 1884, à 64 ans, Francis avait 23 ans et demi. Il a pu alors prendre la suite de son père, comme avoué.

Quel a été son mariage ?

Il s’est marié le 14 Juin 1886 avec Emma, Octavie, Julie BERTIN, dit BERTINI. Elle est née le 8 Novembre 1861, à La Tronche (Isère) près de Grenoble.

Emma BERTINI et Francis BRESSE au moment de leur mariage

Emma, Octavie, Julie BERTIN, dit BERTINI était la fille de Henri Gabriel BERTIN, et de Julie Félicie BUISSON. Ils ont eu 2 enfants, avec un fils Charles Henri, né en 1856 et décédé en 1938.

Henri Gabriel BERTIN était le fils de Henri Jérôme BERTIN  dit BERTNI, compositeur de musique, connu aussi pour sa méthode de piano. Voici ce qu’en dit Wikipédia : https://en.wikipedia.org/wiki/Henri_Bertini

Pourquoi leur mariage a fait l’objet d’un contrat, signé le 30 Mai 1886 ?

Le régime est celui de la communauté réduite aux « acquêts ». Les « acquêts » sont des biens meubles ou des biens immeubles qui, à l’exception de ceux acquis par succession, donation ou legs, lesquels restent des biens propres, sont entrés dans l’indivision du chef de l’un de l’autre ou des deux époux durant le mariage.

Dans le cas de mon grand-père, il s’agit surtout de l’office d’avoué, obtenu par un décret du Président de la République, pour un montant de 18 000 Francs, un cautionnement de 2 600 Francs, le mobilier de l’étude de 2000 Francs et une assurance vie de 10 000 Francs, différents meubles et bijoux (3 000 Francs) et un vestiaire de 800 Francs, soit un total de 36 400 Francs.

Pour ma grand-mère, suite au décès de son grand-père, Henri Jérôme BERTINI, en 1876, du mobilier, de l’argenterie, vaisselle, et surtout le piano Erard de son grand-père (qui est resté à la maison Saint Marcel jusqu’au règlement de sa succession en 1950), d’un montant de 3 500 Francs, d’un trousseau de ligne de 2 500 Francs, de différentes pensions de rente, de 600 /an et  de différentes obligations et actions. Elle a donc aussi hérité de biens de son père, Henri Gabriel BERTIN, décédé en 1873.

Quelle a été sa descendance ?

Pour voir l’image en grand, cliquez droit et faites « ouvrir dans un nouvel onglet »

Ils ont eu 6 enfants, dont une fille, Marie Isabelle, décédée à 5 mois.

Françoise (1887-1860), qui a épousé Paul SAUTREAUX (1885-1928), médecin

Henri-Octave (1888-1915), ingénieur des Mines, qui a été tué pendant la guerre de 14-18

Louise-Madeleine, dite Madeleine (1889-1981) qui a épousé Pierre GARDON (1884-1979) Juge de Paix

Paul-Eugène (1891-1973) architecte qui a épousé Antoinette Marie ODIER-MECKLING (1915-1983)

Jean Louis Félix Gabriel (1894-1982) mon père qui a épousé Madeleine Marie SEVE (1903-1943), puis Suzanne Elisabeth HENRY (1911- 2000), ma mère.

Les 5 enfants, avec de gauche à droite : Françoise, Jean, Paul, Henri, Madeleine. Photo colorisée par Jean-Claude FINAND
Mon grand-père, avec les 5 enfants : de gauche à droite : Paul, Jean, Françoise, Emma BERTINI, Madeleine, Henri, Antoinette BRUNET, sa mère, mon grand-père. (photo prise vers 1895)

Qu’est-ce qui a fait qu’il a entamé une carrière politique ?

De la même façon que son père qui était avoué est devenu maire d’Artas, il devenu conseiller municipal de Vienne en 1900, puis maire en 1902, comme d’autres notaires/avoués.

Il a été élu le 21 Juin 1902. Il a démissionné de son mandat de maire, en 1906, car il ne supportait plus le fonctionnement du Conseil Municipal. Il a été remplacé par Joseph BRENIER, qui est resté Maire jusqu’en 1919. Il est devenu député en 1910, et c’est lui qui était Maire pendant la guerre de 14-18.

Francis BRESSE a été élu Conseiller Général au Département de l’Isère, en 1910 jusqu’en 1928. Il était au Parti Radical Socialiste.

Contrairement à beaucoup d’autres maires, il n’a pas son nom de rue à Vienne, comme Ronjat, Miremont, Riondet, Mermet, Faugier, Brillier, Brenier, Pajot, Hussel.

Parmi ses amis, un ancien maire, Jules RONJAT, un linguiste français, docteur ès Lettres, spécialiste de la langue d’oc : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Ronjat

Selon le Journal de Vienne : « Il était de ceux qui jouissent de la considération générale pour l’effort qu’ils ont apporté aux intérêts collectifs régissant les citoyens d’une même cité »

Quel a été son rôle en tant que Maire et Conseiller Général ?

Son rôle pendant la guerre de 14-18

Pendant la Grande Guerre de 1914-18, il s’est dépensé sans compter pour les œuvres au secours aux militaires et aux victimes.
Il a organisé le foyer du Soldat et il était le Président de la Fédération des œuvres d’entraide.

Son implication lui a valu le ruban de Chevallier de la Légion d’Honneur.

Pendant la Guerre de 14-18, un journal « Vienne et la Guerre » a été diffusé quotidiennement, dont le premier numéro est paru le 18 octobre 1914, et le dernier le 10 août 1919, avec une interruption de mai à décembre 1918. Il a été publié par souscription. J’ai un certain nombre de ces journaux, d’Octobre 1916 à fin 1918.

Les articles que l’on peut consulter dans les différents numéros, de nombreuses biographies de personnalités civiles et militaires combattantes ou non, d’articles accompagnés de nombreuses photos sur les différents évènements de toute nature qui se sont produits dans notre ville et sa région. Des nouvelles du front, des témoignages de combattants, de prisonniers….

A partir de Février 1915, une nouvelle rubrique « le Panthéon Viennois » où un hommage est rendu aux combattants de tous grades Mort pour la France, sous forme d’une biographie souvent accompagnée de leur photo.

Tous les numéros ont été conservés par la société « Les Amis de Vienne » (voir plus loin) et Jean Claude FINAND, membre du C.A. de la Société des Amis de Vienne les a numérisé en 2013 et a répertorié tous ces documents qui font maintenant partie des archives des Amis de Vienne. Ils sont disponibles au format PDF avec recherche à la médiathèque de Vienne « le TRENTE », et aux Archives Communales de Vienne.  Le TRENTE : https://bibliotheques.vienne.fr/

La Une du N° 5 de Novembre 1914, était consacrée à mon grand père qui a aussi écrit un texte adressé aux Viennois et aux Viennoises.

Voici un extrait du texte de mon grand-père :

« Vienne qu’on a appelé tour à tour Vienne la Belle, Vienne la Forte, Vienne la Sainte, Vienne la Patriote, est resté digne dans le présent de ces glorieux qualificatifs du passé. Elle est belle notre ville, belle de sa situation merveilleuse, qui a arraché au poète Mistral un cri d’admiration lorsqu’elle est apparue à ses yeux avec ses maisonnettes et ses villas étalées en éventail sur ses pentes ardues, ses clochers ses temples et ses tours qui rappellent du passé l’histoire auguste, avec son Rhône éblouissant qui la borde comme un ourlet d’argent, et dans le lointain le Pilat avec ses trois dents bleuâtres.

Elle est forte avec ses usines, ses ateliers, son air de rude travailleuse qui jamais ne se repose et jamais ne se fatigue pas.

Son enceinte formidable qui jadis là rendait imprenable et devant laquelle, aux âges lointains, a dû s’arrêter l’invasion Sarrazine, comme les barbares d’aujourd’hui s’arrêtent devant les remparts formés par la poitrine de nos soldats, cette enceinte de guerre a disparu, mais elle est remplacée par les bastions du Travail et les forteresses de l’Industrie.

…..

Aujourd’hui nous ne sommes plus aux âges héroïques, Vienne n’a pas de siège à soutenir et elle ne souffre, pas de l’invasion. Mais sous une forme plus simple et plus modeste les Viennoises font preuve, toute proportion gardée, des mêmes vertus que leurs illustres devancières, elles se montrent dignes des Blandine, des Clotilde et des Hermengarde.

Nous les voyons chaque jour, infirmières volontaires, s’adonner aux soins que réclament les blessés apportant à chacun le réconfort de leur douce présence et de leurs paroles d’encouragement, les gâtant et les choyant, comme elles feraient de leurs propres enfants.

Celles qui ne peuvent se rendre dans les hôpitaux confectionnent à l’envi les vêtements chauds dont nos soldats ont besoin.

D’autres se consacrent à l’oeuvre des Cantines populaires, assurant aux malheureux, aux vieillards, aux femmes et aux enfants de ceux qui combattent la nourriture nécessaire à leur subsistance.

Dames de la Croix-Rouge, bourgeoises de tout rang, ouvrières, fonctionnaires, toutes rivalisent de zèle dans l’accomplissement de la belle et noble fâche qu’elles se sont volontairement imposée.

….

En 1914 la tradition s’est renouée et l’effort est plus grand encore. Rien ne leur échappe, aucune misère ne les laisse indifférentes et dès qu’on leur signale un besoin à soulager, un service à rendre, elles accourent, elles sont là et elles font modestement et discrètement des prouesses de dévouement et d’abnégation.

Leur courage est à la hauteur de, la générosité de leur coeur. Toutes, mères, épouses, sœurs fiancées, ont supporté vaillamment, sans un mot de récrimination ou de plainte, l’heure cruelle de la séparation, et combien sont-elles celles qui, chaque jour, cachent sous un sourire l’angoisse qui les étreint lorsque n’arrivent pas les nouvelles qu’elles attendent du cher absent ?

Que dire de celles qui ont de plus douloureuses épreuves à supporter, et qui, silencieusement, au milieu de leurs larmes font hommage à la Patrie de la vie du héros dont elles pleurent la perte.

Viennoises d’aujourd’hui et Viennoises du passé, vous êtes belles, vous êtes fortes, vous êtes saintes, vous êtes patriotes comme votre cité elle-même, que dis-je, c’est vous qui avez mérité à votre cité tous ces titres qui font sa gloire.

C’est pourquoi, vieux Viennois de Vienne, je vous salue bien bas !… »

Pour lire le texte en entier, vous pouvez le télécharger : https://famille.bres.se/wp-content/uploads/2020/04/VIENNE-ET-LES-VIENNOISES_Francis_BRESSE.pdf

Ce texte a été écrit en Novembre 1914, et le dernier paragraphe « Que dire de celles qui ont de plus douloureuses épreuves à supporter, et qui, silencieusement, au milieu de leurs larmes font hommage à la Patrie de la vie du héros dont elles pleurent la perte. » était un peu prémonitoire, car Francis et son épouse Emma ont dû supporter la perte de leur fils ainé, Henri, Octave (voir 2ème partie)

Quel a été son rôle en tant que Conseiller Général ?

Il a été toute sa vie un artisan des œuvres sociales. Il a été Président de la Caisse du Crédit Agricole Mutuelle du Dauphiné, Président des pupilles de la nation, Président du Comice Agricole de Vienne-Roussillon. Président de l’Office des Habitations de Bon Marché de Vienne. Vice-Président de la Commission administrative des Hospices de Vienne.

En tant que Conseiller Général, il présidait la commission des routes et des chemins de fer. Il a participé à la création des Voies Ferrées du Dauphiné (VFD)

Il dirigeait le Conseil d’Administration des Hospices de Vienne. Il a créé le Sanatorium de Seyssuel.

Un de ses collaborateur dans le domaine social : « L’esprit toujours ouvert aux progrès à réaliser dans le domaine social, il étonnait, malgré son grand âge, par la rudesse de ses conceptions et de la volonté agissante. Peu d’hommes auront marqué comme lui, leur passage dans notre ville. Il est de ceux qui tracent les sillons que d’autres suivent. »

Un autre collaborateur : « Très au courant des lois et de toutes les questions juridiques ayant de grandes connaissances agricoles, une expérience très approfondie du monde rural ; il fut un Président de 1 er ordre dont l’activité et la prudence furent justement appréciées. »

Chevalier de la Légion d’Honneur en 1920, il est devenu Officier le 22 Janvier 1938.

Francis BRESSE et la création de la Société des Amis de Vienne

Tout est parti, en 1903, d’un panneau « mosaïques à vendre » remarqué à Sainte-Colombe par un avocat viennois, Angéniol. Ce n’était pas la première fois que le patrimoine local allait être dépouillé ! L’une de ces mosaïques, celle de l’Enlèvement d’Hylas par les nymphes, découverte en 1902, fut en effet achetée par le général Léon de Beylié, qui en fit don au musée de Grenoble. Après avoir convaincu les plus sceptiques de ses amis (le maire Francis Bresse, le conservateur des musées, Ernest Bizot) l’avocat obtint que soient votés les premiers fonds et que soit créée une association sous le nom de « Société des Amis de Vienne » (assemblée constitutive du 21 mars 1904), enregistrée à la préfecture et publiée au Journal Officiel le 4 juin 1904. Les sceptiques avaient rejoint l’association et ce fut même le conservateur du musée qui en fut le premier président.

Depuis sa fondation en juin 1904 la Société des Amis de Vienne veille à « répandre la connaissance de l’histoire de la ville et des antiquités viennoises, protéger contre toute atteinte la beauté du paysage et des monuments viennois, enrichir les musées de la ville, attirer le plus grand nombre de touristes. »

Paul BRESSE, fils de Francis, a été un membre très actif de la Société des Amis de Vienne depuis 1921. Il était chargé de mission par le Ministre des Beaux Arts. Il a travaillé sur les édifices classée monuments historiques de la ville de Vienne. Il était un proche collaborateur de Jules Formigé, Inspecteur Général des Monuments Historiques, Président de l’Académie des Beaux Arts. En particulier, il rédigea une étude sur les fouilles à mener sur le site du Théâtre antique (romain) qui ont eu lieu de 1922 à 1938. Il a maintenant un nom de rue à Vienne.

Cette société est encore très active, elle organise :
– visites de ses monuments emblématiques ou plus modestes,
– publications grâce à un bulletin trimestriel où sont produites des études intéressant aussi bien le patrimoine urbain, industriel, archéologique.. que le patrimoine oral ou la mémoire et les traditions populaires ;
– cycles annuels de conférences.

Elle organise des actions de sauvegarde :
1907 : achat, grâce à une souscription, de la mosaïque du Châtiment de Lycurgue ; restauration de la statue de l’Apollon archer.
1912 : lancement d’une grande souscription publique, en vue de la restauration de la cathédrale Saint Maurice. La guerre ralentit et retarde l’exécution des travaux qui ne reprennent vraiment qu’en 1920.
1920-1924 : achat des terrains qui recouvrent les gradins du théâtre antique pour en faciliter le début des fouilles.
1928 : Dégagement et achèvement de la façade occidentale de Saint André le Bas, après l’achat et la démolition de vieux immeubles grâce à une nouvelle souscription et aux dons des sociétaires.
1938 : contribution à la restauration du cloître de Saint André–le-Bas, notamment par le don et la restitution des colonnettes du côté sud qui avaient été déposées au cours du XIXe siècle.
1958 : contribution financière de l’association pour le rachat de la statue monumentale de la Tutela chez un antiquaire parisien.
1977-1978 : sauvegarde des collections des musées de Vienne (mobilier XVIIe et XVIIIe s.).
2004 : contribution financière pour le nettoyage de la copie en plâtre de la statue d’Hygie.

Elle agit pour le tourisme à Vienne :
En vertu de ses statuts la Société s’est engagée à favoriser les conditions favorables au développement touristique de la ville de Vienne : par l’édition de guides illustrés, par la création d’un syndicat d’initiative (1909) qui deviendra municipal en 1947.

Elle est à l’origine de ressources documentaires
Une bibliothèque, des documents sur l’histoire de la ville, une photothèque, sont mis à la disposition des chercheurs ou des étudiants

Elle organise des cycles de conférences sur des sujets en relation avec l’histoire de la ville ou de la région. Comme par exemple, en 2011- 2012 « Le concile de Vienne 1311-1312. Au crépuscule des Templiers »
Elle organise aussi des visites ou des voyages culturels

Son site internet : https://amisdevienne.fr/

Francis BRESSE est décédé le 9 Octobre 1941, à l’âge de 81 ans

Voilà l’avis de décès imprimé, avec la liste des familles concernées

Laisser un commentaire