Les 72 savants qui ont leur nom sur la tour Eiffel, dont mon ancêtre Jacques Antoine Charles BRESSE

Sources : Gustave Eiffel (Wikipédia)

Site de la Tour Eiffel

Les 72 noms inscrits sur la Tour Eiffel : qui, pourquoi ? (site officiel)

Liste des 72 noms de savants inscrits sur la tour Eiffel (Wikipédia)

Les savants inscrits sur la tour Eiffel (monuments du Monde)

Historique

Le 20 février 1889, lors d’une conférence devant la Société centrale du travail professionnel, Gustave Eiffel déclare :

« Pour exprimer d’une manière frappante que le monument que j’élève sera placé sous l’invocation de la Science, j’ai décidé d’inscrire en lettres d’or sur la grande frise du premier étage et à la place d’honneur, les noms des plus grands savants qui ont honoré la France depuis 1789 jusqu’à nos jours. »

Maintenant que la décision a été prise, Eiffel s’est trouvé confronté à un problème pratique : Chaque côté du premier étage est divisé en petit caisson ne pouvant contenir qu’un certain nombre de lettres.

Seuls quelques noms trop longs comme Jean-Baptiste Boussingault, chimiste, Charles et Henri Sainte-Claire Deville, chimiste, Etienne Geoffroy Sainte-Hilaire, naturaliste, Henri Milne-Edwards, zoologiste, Jean-Louis Armand de Quatrefages de Bréau, zoologiste, n’ont pas pu être mentionnés, pour des questions de place

Chaque lettre est dorée et possède une hauteur de 60 centimètres. Les noms sont très lisibles à l’œil nu. Ils ne sont pas inscrits par ordre alphabétique.

Tous les noms choisis comportent en effet 12 lettres au plus, en raison de la place limitée entre les poutrelles.

Les noms ont été recouverts de peinture au début du XX ème siècle avant d’être restaurés entre 1986 et 1987 par la Société d’exploitation de la tour Eiffel (SETE).

Caractéristiques de la liste

  • On n’y trouve aucune femme. Pourtant, selon Alphonse Rebière, suivi par de nombreux autres auteurs, Sophie Germain, une des premières mathématiciennes françaises, y aurait eu sa place. Rebière fait en effet remarquer que pour concevoir la tour, les ingénieurs ont utilisé les travaux de cette théoricienne de l’élasticité, mais que le nom de cette « fille de génie » a été « oublié » parmi ceux qui y ont été inscrits.
  • On y trouve un grand nombre de polytechniciens (34 anciens élèves et 10 professeurs non anciens élèves), soit presque la moitié de la liste ; loin derrière, on trouve des anciens élèves des Écoles Centrales des Arts et Manufactures et des Mines.
  • La plupart étaient membres de l’Académie des sciences.
  • Les sciences du vivant ne sont représentées que par cinq noms : Barral, Bichat, Broca, Chaptal, et Cuvier.
  • Hormis Fizeau et Chevreul, tous étaient morts lors de l’inauguration de la tour. Chevreul était un grand enthousiaste de la tour, se déplaçant tous les jours sur le chantier pour en constater l’avancement ; il est mort une semaine après son inauguration, à l’âge de 102 ans.
  • Tous sont fortement liés à la France, probablement tous français au moins à un moment de leur vie.

Seul Lagrange est né à l’étranger, à Turin dans le royaume de Piémont-Sardaigne (séparé en 1861 entre la France et l’Italie). Il est néanmoins naturalisé français en 1802.

Sturm est certes né à Genève, dans l’actuelle Suisse, mais quand il est né en 1803, Genève était sous domination française depuis 1798, devenant le chef-lieu du département français du Léman sous le Consulat puis le Premier Empire. Charles Sturm avait donc la nationalité française à sa naissance. De 1813 à 1815 il a été brièvement citoyen de la République de Genève, à la suite de la Restauration genevoise et jusqu’à l’adhésion de la République de Genève à la Confédération. Il est donc devenu suisse en 1815. Finalement, il a été naturalisé français en 1833.

  • Beaucoup ont laissé leur nom à au moins une loi scientifique, un produit ou à un procédé.
  • Presque tous sont mentionnés dans un discours de Gabriel Lamé en 1851.
  • Il ne semble pas y avoir d’ordre particulier ni de classement ou de hiérarchie sur les différentes faces, pas même alphabétique.
  • On peut rapprocher cette liste de la représentation des grandes inventions françaises à la galerie des Machines, où l’on retrouve beaucoup de ces noms.
  • Cet hommage est parfois comparé au Panthéon, où sont enterrées les personnalités que le pouvoir souhaite honorer.
  • De fait, trois des savants de la tour Eiffel sont enterrés au Panthéon : Joseph-Louis Lagrange (1813), Lazare Carnot (1889) et Gaspard Monge (1989).

Un panthéon scientifique

  • Des hommes de sciences, tels Ampère ou Gay-Lussac,
  • Des ingénieurs-constructeurs, tels Flachat ou Polonceau,
  • Des spécialistes des chemins de fer tel Perdonnet ou Clapeyron,
  • Des industriels tels Schneider pour l’acier ou Vicat pour le ciment,
  • Des entrepreneurs ou industriels tels Seguin (spécialiste des ponts suspendus), Triger (spécialiste des fondations en rivière) ou encore Cail ou Gouin (constructeurs longtemps concurrents d’Eiffel),
  • Des aménageurs tel Belgrand (responsable du réseau sanitaire de Paris).

Toutes les disciplines sont représentées :

  • Les mathématiques (Cauchy, Fourier), discipline la plus représentée avec 17 noms
  • La physique (Lavoisier, Fresnel, Laplace)
  • La mécanique (Navier, Bresse)
  • L’astronomie (Le Verrier)
  • L’agronomie (Chaptal)
  • L’électricité (Coulomb)
  • Les sciences naturelles (Cuvier)
  • La chimie (Lavoisier)
  • La minéralogie (Haüy)
  • La médecine (Bichat)
  • La photographie (Daguerre)
  • L’aérostation (Giffard).

Liste des savants

En opérant une promenade circulaire, à quelque distance de la Tour, le visiteur lit ces noms dans l’ordre suivant sur les quatre façades (Respectivement, face au Trocadéro, au Nord, face au Point-du-jour, à Ouest, face à l’Ecole militaire, au Sud et face à Paris, à l’Est).

Face au Pont d’Iéna et Trocadéro, coté Nord Ouest

Dans l’ordre :  nom abrégé, nom complet (cliquez sur le lien pour la biographie), dates naissance et décès, métier, inventions importantes

SEGUIN : Marc Seguin, 1786-1875, mécanicien, Constructeur de ponts suspendus, inventeur de la chaudière tubulaire

LALANDE : Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande, 1732-1807, astronome, Nombreux travaux d’astronomie et d’hydrologie

TRESCA : Henri Tresca, 1814-1885, Ingénieur et mécanicien, Auteur du critère de Tresca (un critère de plasticité en résistance des matériaux)

PONCELET : Jean-Victor Poncelet, 1788-1867, Géomètre, Créateur de la géométrie projective

BRESSE : Jacques Antoine Charles Bresse, 1822-1883, Mécanicien, Création d’une méthode mathématique pour mesurer la flexion et la résistance des grandes pièces métalliques courbes. JAC Bresse est alors reconnu pour ses travaux sur la flexion des poutres et arc, domaine dans lequel il est l’un des contributeurs majeurs avec Barré de Saint-Venant. Tous deux développent leurs travaux à partir du travail d’Henri Navier. Bresse systématise le travail autour des arches et dresse un tableau de tous les cas particuliers. Il est l’auteur des équations dites « Équations de Bresse ou de Navier-Bresse ». ,Tous ses travaux ont été utilisés pour la construction des ponts, des viaducs et pour la construction de la Tour Eiffel.

LAGRANGE : Joseph-Louis Lagrange, 1736-1813, Mathématicien, Théorie de la libration de la lune (1764) ; création de la mécanique analytique (1787) ; mécanique lagrangienne ; élaboration du système métrique

BELANGER : Jean-Baptiste Charles Joseph Bélanger, 1790-1874, Mathématicien, Hydraulique et hydrodynamique, théorie de la résistance et de la flexion plane des solides

CUVIER : Baron Georges Cuvier, 1769-1832, Naturaliste, Fondateur de l’anatomie comparée et de la paléontologie

LAPLACE : Pierre-Simon de Laplace, 1749-1827, Astronome et mathématicien, Étude de la mécanique céleste (contribue à l’émergence de l’astronomie mathématique) ; théorie des probabilités

DULONG : Pierre Louis Dulong, 1785-1838, Physicien et chimiste, Lois sur le refroidissement et sur les tensions de la vapeur9 ; propriétés des gaz

CHASLES : Michel Chasles, 1793-1880, Mathématicien, Travaux originaux sur l’ellipsoïde (1825), sur le calcul intégral (1827), sur le déplacement des corps solides en mécanique (1845)8 ; théorème de Chasles

LAVOISIER : Antoine Laurent de Lavoisier, 1743-1794, Chimiste, Fondateur de la chimie moderne (« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », citation apocryphe)

AMPERE : André-Marie Ampère, 1775-1836, Mathématicien et physicien, Théorie de l’électromagnétisme (1820-1824, avec Arago),

CHEVREUL : Michel Eugène Chevreul, 1786-1889, Chimiste, Découverte de la saponification des corps gras d’origine animale et de la bougie stéarique (1823)

FLACHAT : Eugène Flachat, 1802-1873, Ingénieur, Constructeur des premières lignes ferroviaires (Paris-Rouen) et des premières gares (1845-1850) ; charpentes de grande portée (1832)

NAVIER : Claude Louis Marie Henri Navier, 1785-1835, Mathématicien, Équations de la mécanique des fluides (1820) ; lois sur la résistance des matériaux (1830) ; constructions des premiers ponts métalliques suspendus (Paris, 1827)

LEGENDRE : Adrien-Marie Legendre, 1752-1833, Mathématicien, Fondateur de la géométrie moderne (1785), dont la méthode des moindres carrés

CHAPTAL : Jean-Antoine Chaptal, 1756-1832, Agronome et chimiste, Introduction de la fabrication industrielle d’acide sulfurique (1781) ; de l’alun artificiel (1785) ; du sucrage des vins ou chaptalisation (1796) ; de la teinture du coton par le rouge d’Andrinople (1799)

Coté Pont de Bir Hakeim (Sud Ouest)

Dans l’ordre :  nom abrégé, nom complet (cliquez sur le lien pour la biographie), dates naissance et décès, métier, inventions importantes

JAMIN : Jules Célestin Jamin, 1818-1886, Physicien, Études sur la constitution des aimants (1857) ; perfectionne l’éclairage et la bougie électrique (1879) ; travaux sur l’optique

GAY-LUSSAC : Joseph Louis Gay-Lussac, 1778-1850, Chimiste, Découverte du cyanogène et de l’acide prussique ; loi de dilatation des gaz ; chimie industrielle ; ascension aérostatique jusqu’à 7 016 m d’altitude (1804)

FIZEAU : Hippolyte Fizeau, 1819-1896, Physicien, Vitesse de la lumière dans l’atmosphère (1849-1856) ; transformation des plaques photographiques en planches à graver (1850)

SCHNEIDER : Eugène Ier Schneider, 1805-1875, Industriel, Fondateur de Schneider, entreprise minière et sidérurgique au Creusot

LE CHATELIER : Louis Le Chatelier, 1815-1873, Chimiste et ingénieur, Contribue à la création des premières lignes ferroviaires (1840-1852) ; utilisation de contre-vapeur pour réguler la vitesse des trains ; stabilité des machines en mouvement7 ; extraction de l’alumine

BERTHIER : Pierre Berthier, 1782-1861, Minéralogiste, Étude des « minéraux utiles », création des analyses docimastiques déterminant la proportion de métaux utilisables dans les minerais (1816)

BARRAL : Jean-Augustin Barral, 1819-1884, Agronome, chimiste et physicien, Nicotine dans le tabac (1841), azote et acide phosphorique dans les eaux pluviales (1852), propriétés azotées de la croûte de pain (1863), ascensions aérostatiques célèbres (1850)

DE DION : Comte Henri de Dion, 1828-1878, Ingénieur, Spécialisé dans la résistance des matériaux, il dirigea le conservatoire des Arts et Métiers et occupa la chaire de Stabilité des constructions à l’école centrale d’architecture. Il eut pour élève Gustave Eiffel. Il est responsable des constructions métalliques à l’Exposition universelle de Paris de 1878,

GOUIN : Ernest Goüin, 1815-1885, Ingénieur et industriel, Premiers grands ateliers de construction de locomotives ; introduit en France les ponts métalliques (1840) ; machines de filature

JOUSSELIN : Louis Didier Jousselin, 1776-1858, Ingénieur, Initie la construction des premiers grands canaux (1808)

BROCA : Paul Pierre Broca, 1824-1880, Médecin et anthropologue, Fondateur de l’anthropologie expérimentale (1861) ; découverte du « centre de la parole » dans le cerveau

BECQUEREL : Antoine Becquerel, 1788-1878, Physicien, Idée des piles à courant constant, ou batteries (1830) ; galvanomètre différentiel (1840)

CORIOLIS : Gaspard-Gustave Coriolis, 1792-1843, Ingénieur et savant, Découverte des lois d’accélération centrifuge composée ; force de Coriolis ; réformateur de l’enseignement de la mécanique rationnelle

CAIL : Jean-François Cail, 1804-1871, Industriel, Créateur de grands ateliers de construction de matériel en cuivre pour les distilleries et sucreries ; locomotives

TRIGER : Jacques Triger, 1801-1867, Ingénieur, Cartes géologiques, technique minière, procédé Triger.

GIFFARD : Henri Giffard, 1825-1882, Inventeur, Ballon dirigeable ; injecteur automatique des locomotives et machines à vapeur

PERRIER : François Perrier, 1835-1888, Géographe et mathématicien, Travaux de triangulation et géodésie

STURM : Jacques Charles François Sturm, 1803-1855, Mathématicien, Vitesse du son dans l’eau ; théorème de Sturm

Coté Champs de Mars, Ecole militaire (Sud Est)

Dans l’ordre :  nom abrégé, nom complet (cliquez sur le lien pour la biographie), dates naissance et décès, métier, inventions importantes

CAUCHY : Augustin Louis Cauchy, 1789-1857, Mathématicien, Avancement du calcul intégral (1832), application du calcul infinitésimal à la géométrie, fonctions holomorphes et séries convergentes, un des fondateurs de l’astronomie mathématique

BELGRAND : Eugène Belgrand, 1810-1878, Ingénieur, Égouts et distribution d’eau potable de Paris (1854)

REGNAULT : Henri Victor Regnault, 1810-1878, Chimiste et physicien, Propriétés thermiques des gaz, inventeur de la formation du polychlorure de vinyle PVC, en 1835

FRESNEL : Augustin Jean Fresnel, 1788-1827, Physicien, Réfraction de la lumière ; lentilles des phares (1820) ; Fresnel a expliqué la nature de la polarisation de la lumière, la biréfringence et la polarisation circulaire.

DE PRONY : Baron Gaspard de Prony, 1755-1839, Ingénieur , Confection de tables de logarithmes ; création de l’École Polytechnique aux coté de Monge.

VICAT : Louis Vicat, 1786-1861, Ingénieur, En étudiant ce mécanisme de prise des chaux naturelles il découvre leurs principes d’hydraulicité. Cela permet la fabrication de la chaux hydraulique artificielle et du ciment naturel à partir de 1817. Il découvre le clinker, élément constitutif du ciment lent, et permet la fabrication artificielle du ciment Portland (« l’or gris ») à partir de 1840.

EBELMEN : Jacques-Joseph Ebelmen, 1814-1852, Chimiste, production artificielle de cristaux ou minéraux cristallisés. Il découvre en 1847 une méthode de synthèse d’une grande simplicité pour obtenir « des combinaisons cristallisées par la voie sèche », méthode qu’il applique de 1847 à 1848 à la reproduction des espèces minérales pour obtenir artificiellement plusieurs pierres précieuses aux cristaux de taille millimétrique : le spinelle, l’émeraude, le péridot, le corindon.

COULOMB : Charles-Augustin Coulomb, 1736-1806, Physicien, Découverte de lois présidant aux attractions et répulsions magnétiques (1780) ; inventeur de la balance de torsion (1784) ; flexions et poussées en architecture. Connu pour les expériences historiques qu’il a réalisées à l’aide d’une balance de torsion appelée « balance de Coulomb » pour déterminer la force qui s’exerce entre deux charges électriques (loi portant son nom).

POINSOT : Louis Poinsot, 1777-1859, Mathématicien, Mécanique rationnelle ; notion de moment. Théorie générale de l’équilibre et du mouvement des systèmes) critiquant le principe des travaux virtuels

FOUCAULT : Jean Bernard Léon Foucault, 1819-1868, Physicien, Vitesse de la lumière ; gyroscope ; pendule de Foucault, En 1851, il vérifie et rend manifeste la rotation quotidienne de la terre en utilisant la rotation libre du plan d’oscillation d’un pendule long de 67 mètres, possédant une boule pesant 28 kilos et mesurant 18 centimètres de diamètre, suspendu au Panthéon de Paris

DELAUNAY : Charles-Eugène Delaunay, 1816-1872, Astronome, Théorie des marées et du mouvement de la Lune (1849) ; géométrie différentielle ; Son travail porte notamment sur la mécanique lunaire en tant que cas particulier du problème des trois corps.

MORIN : Arthur Morin, 1795-1880, Mathématicien et physicien, Invente la manivelle dynamométrique (mesure de la force des moteurs animés) ; et un appareil à indications continues pour étudier la loi de la chute des corps pesants (1843-1848) ; rendement et efficacité des machines.

HAUY : René Just Haüy, 1743-1822, Minéralogiste, Fondateur de la minéralogie expérimentale ; fondateur de la cristallographie, structure des cristaux (1796)

COMBES : Charles Combes, 1801-1872, Ingénieur et métallurgiste, Application de la thermodynamique aux machines. Recherches théoriques et expérimentales sur les roues à réaction ou à tuyaux, 1843

THENARD : Louis Jacques Thénard, 1777-1857, Chimiste, Eau oxygénée ; le « bleu de Thénard » (le bleu de cobalt), qui sert à colorer la porcelaine. blanc de céruse ; En 1811, il isole le silicium. Il découvre l’eau oxygénée en 1818, ainsi que le bore, et établit une classification des métaux. En 1813, il publie son célèbre Traité de chimie.

ARAGO : Dominique François Jean Arago, 1786-1853, Astronome et physicien, Découverte de l’électromagnétisme (1820-1824, avec Ampère). Indice de réfraction des gaz ; constance de la vitesse de la lumière. D’abord adepte de la théorie corpusculaire de la lumière, est convaincu par la théorie ondulatoire de son collègue Fresnel, qu’il aide pour faire ses expériences à l’Observatoire ou présenter ses résultats à l’Académie des sciences.

POISSON : Siméon Denis Poisson, 1781-1840, mathématicien, géomètre et physicien, Électricité et magnétisme ; attraction des planètes.

MONGE : Gaspard Monge, 1746-1818, Mathématicien, Renouvelle la géométrie, dont géométrie descriptive, interprétation du phénomène physique du mirage (1798).

Coté Musée du Quai Branly, (Nord Est)

Dans l’ordre :  nom abrégé, nom complet (cliquez sur le lien pour la biographie), dates naissance et décès, métier, inventions importantes

PETIET : Jules Alexandre Petiet, 1813-1871, Ingénieur, Contribue à la création des premières lignes ferroviaires. Elève de la première promotion, et plus tard directeur, de l’école centrale Paris après avoir été directeur de la compagnie des chemins de fer du Nord.

DAGUERRE : Louis Jacques Mandé Daguerre, 1787-1851, Photographe et physicien, après le décès de Nicéphore Niépce, l’inventeur de la photographie, appelée alors « procédé héliographique », Daguerre décide de poursuivre les recherches sur les propriétés photochimiques de l’iode. De 1835 à 1837, il va progresser sur les méthodes de développement et de fixation des images, en découvrant que la vapeur de mercure agit comme révélateur de l’image. Avec le principe du développement de l’image latente, Daguerre apporte une contribution majeure en trouvant le procédé qui a pour conséquence pratique de raccourcir le temps de pose, jusqu’alors très long (plusieurs heures), à quelques dizaines de minutes seulement. En 1837, il parvient à fixer ces images avec de l’eau chaude saturée de sel marin. Le daguerréotype est né, sans que le nom de Niépce y soit associé.

WURTZ : Charles Adolphe Wurtz, 1817-1884, Chimiste, Disposition des atomes dans les composés organiques.

LE VERRIER : Urbain Jean Joseph Le Verrier, 1811-1877, Astronome, Découverte « mathématique » de Neptune (1846). Mémoire sur les variations séculaires des orbites des planètes (notamment d’Uranus)

PERDONNET : Jean Albert Vincent Auguste Perdonnet, Ingénieur, Contribue à la création des premières lignes ferroviaires (1832) ; crée le cours des chemins à l’École centrale des arts et manufactures de Paris (1844)

DELAMBRE : Jean-Baptiste Joseph Delambre, 1749-1822, Astronome, Première détermination de la longueur d’arc du méridien terrestre (1794, avec Borda et Méchain). La définition originelle du mètre est en effet la dix millionième partie de la longueur d’un méridien entre l’équateur et le pôle. Histoire de l’astronomie (1820)

MALUS : Étienne Louis Malus, 1775-1812, Ingénieur, physicien et mathématicien, Découverte de la polarisation de la lumière

BREGUET : Louis Breguet, 1804-1883, Physicien, Construction des premiers appareils de télégraphie électrique (1842), bobine d’induction

POLONCEAU : Camille Polonceau, 1813-1859, Ingénieur, inventeur de la « ferme Polonceau », une technique de charpente. L’intérêt de ce type de ferme est sa grande légèreté, l’économie de matière et la hauteur libre dessous plus importante au centre que sur les bords.

DUMAS : Jean Baptiste André Dumas, 1800-1884, Chimiste, homme politique et académicien, a mis en évidence, en 1824, en collaboration avec le médecin suisse Jean-Louis Prevost, le rôle fécondant des spermatozoïdes. Il formula les principes fondamentaux de la chimie générale, mesura de nombreuses densités de vapeur, détermina de façon précise la composition de l’air, de l’eau et du dioxyde de carbone (anciennement gaz carbonique). Lois des substitutions chimiques (1832), en démontrant la possibilité de substituer l’hydrogène par du chlore dans les composés organiques.

CLAPEYRON : Émile Clapeyron, 1799-1864, Ingénieur et physicien, dans son Mémoire sur la puissance motrice de la chaleur (1834) attire l’attention sur le travail de Sadi Carnot, mort deux ans auparavant, le développe et le présente sous une forme plus accessible (c’est le diagramme de Clapeyron) ; il fait valoir la nouveauté et l’importance de ce travail, même si Carnot avait travaillé dans les termes de la théorie du calorique, déjà en train de passer de mode. Finalement, il développe l’idée de processus réversible, suggérée par Carnot, et donne en 1843 un énoncé que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de deuxième loi de la thermodynamique.

BORDA : Jean-Charles de Borda, 1733-1799, Mathématicien, physicien, politologue et marin, Première détermination de la longueur d’arc du méridien terrestre (1794, avec Delambre et Méchain) ; thermomètre métallique (1796)6 ; mesure de longueur des pendules

FOURIER : Jean Baptiste Joseph Fourier, 1768-1830, Mathématicien et physicien, détermine par le calcul, la diffusion de la chaleur en utilisant la décomposition d’une fonction quelconque en une série trigonométrique convergente. De telles fonctions sont appelées séries de Fourier. La méthode de calcul permettant de passer, de façon réversible, d’une fonction à la série trigonométrique correspondante est la transformation de Fourier. Cette méthode très féconde est devenue incontournable en mécanique quantique ou en théorie du signal, avec des applications majeures pour le traitement et la compression du son et de l’image numérique. La compression d’image JPEG, ou les normes de téléphonie 3G et 4G en découlent directement.

BICHAT : Marie François Xavier Bichat, 1771-1802, Anatomiste et physiologiste, Rénovateur de l’anatomie pathologique, il étudie, à travers l’autopsie et l’expérimentation physiologique, le rôle des tissus comme unités anatomiques fondamentales pour l’explication des propriétés physiologiques et des modifications pathologiques de l’organisme.

SAUVAGE : Frédéric Sauvage, 1786-1857, Mécanicien, il démontre lors d’une expérience publique que la propulsion par hélice est trois fois plus rapide que celle par roues à aubes.

PELOUZE : Théophile-Jules Pelouze, 1807-1867, Chimiste, Première préparation du coton-poudre (1835) ; modèle de fabrication industrielle de la soude artificielle (1840) ; cours et traités de chimie générale

CARNOT : Lazare Nicolas Marguerite Carnot, 1753-1823, Mathématicien, Créateur du théorème d’analyse et de mécanique sur la perte de force des machines, ou loi de conservation du travail (1783) ; un des fondateurs de la géométrie moderne (Géométrie de position)

LAME : Gabriel Lamé, 1795-1870, Mathématicien, Développement de la théorie des équations aux dérivées partielles par l’emploi des coordonnées curvilignes (coefficients de Lamé) ; théorie mathématique de l’élasticité ; stabilité des voûtes (1822), engrenages (1824), ponts métalliques ; contribue à la création des premières lignes ferroviaires

Conclusions

Il est normal qu’Eiffel ait fait mettre que des noms de savants Français, car c’est une sorte de Panthéon des savants, ingénieurs, entrepreneurs.

Il est dommage qu’Eiffel n’ait pas mentionné des femmes sur la tour, surtout qu’une mathématicienne françaises, comme Sophie Germain y aurait eu sa place. En effet, Rebière a fait remarquer que pour concevoir la tour, les ingénieurs ont utilisé les travaux de cette théoricienne de l’élasticité.

Il y a eu d’autres mathématiciennes et physiciennes françaises, comme Émilie du Châtelet, (1706-1749)

Eiffel a peut-être choisi la solution de facilité, en utilisant :

  • Ceux qui sont mentionnés dans un discours de Gabriel Lamé en 1851
  • Ceux des grandes inventions françaises à la galerie des Machines, en 1889

Seuls quelques noms trop longs comme Jean-Baptiste Boussingault, chimiste, Charles et Henri Sainte-Claire Deville, chimiste, Etienne Geoffroy Sainte-Hilaire, naturaliste, Henri Milne-Edwards, zoologiste, Jean-Louis Armand de Quatrefages de Bréau, zoologiste, n’ont pas pu être mentionnés, pour des questions de place

Il est bien que toutes les disciplines scientifiques soient représentées ainsi que des ingénieurs-constructeurs, des spécialistes des chemins de fer, des entrepreneurs ou industriels.

Ceci veut dire qu’à l’époque, les Français étaient présents et en avance pour les disciplines scientifiques :

  • Les mathématiques (Cauchy, Fourier), discipline la plus représentée avec 17 noms
  • La physique (Lavoisier, Fresnel, Laplace)
  • La mécanique (Navier, Bresse)
  • L’astronomie (Le Verrier)
  • L’agronomie (Chaptal)
  • L’électricité (Coulomb)
  • Les sciences naturelles (Cuvier)
  • La chimie (Lavoisier)
  • La minéralogie (Haüy)
  • La médecine (Bichat)
  • La photographie (Daguerre)
  • L’aérostation (Giffard).

A l’époque, les prix qui récompensent le meilleur mondial de l’année, n’étaient pas créés, comme

1 réflexion sur « Les 72 savants qui ont leur nom sur la tour Eiffel, dont mon ancêtre Jacques Antoine Charles BRESSE »

  1. Très bien Jeff. Je connaissais la majorité de ces noms et au moins une partie de leurs contributions. Mais je n’avais jamais entendu parler de certains; je devrai relire la liste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *