La famille BRESSE à Artas jusque vers 1700

Vous pouvez cliquer sur le texte qui apparait en bleu qui correspond à un lien hypertexte.

Mon oncle Paul BRESSE a fait des recherches dans les archives de la commune d’Artas, en utilisant d’abord les registres paroissiaux des baptêmes, des décès puis dans l’état civil, les actes et contrats de mariage.

D’autres documents établis par quelqu’un de la famille vers 1880 montrent la descendance avec des annotations, les dates de naissance, mariage et de décès.

Du fait qu’à cette époque, il n’y avait qu’un seul exemplaire des registres paroissiaux et qu’il y a eu les guerres de religion, des guerres civiles jusqu’en 1601, il y a des incertitudes sur la descendance exacte.

Pierre Ibert BRESSI, a eu 3 enfants : Florie ou Fleury  Benoite, Florian, né entre 1566 et 1575.

Il y a eu ensuite François BRESSY, né en 1600 environ, marié avec Antonia Testu, en 1619. Ils eurent 6 enfants nés entre 1620 et 1634, dont l’ainé fut Benoit né en 1620.

Benoit BRESSY, s’est marié avec Marguerite Sermet. Ils eurent au moins un enfant : Fleury né en 1658.

Ensuite il y a eu Pierre BRAISSI ou BRESSE, né entre 1635 et 1640.

On voit que nous ne sommes pas sûrs de la filiation entre les différents BRESSI ou BRESSY devenu BRAISSI puis BRESSE.

Le document suivant montre la descendance de Pierre BRAISSI ou BRESSE. (Cliquez sur document pour faire un zoom et faites un retour pour retrouver le texte).

A partir de ce Pierre BRAISSI, nous sommes sûrs de la lignée. A chaque génération, le fils marqué d’une croix indique celui dont je suis le descendant direct.

On voit déjà que ce Pierre BRAISSI était un marchand et non plus un cultivateur. Ceci explique qu’il y avait déjà un changement dans le métier.

Les 2 sources de documents, établis par cet ancêtre et mon oncle Paul à partir des archives de la commune, concordent et parfois se complètent.

Prenons l’exemple de la génération suivante, celle de André BRAISSI ou BRESSE. Il est noté BRESSY par mon oncle Paul.

Voici le document de mon oncle Paul:

Voilà le document de mon ancêtre (les 3 premiers enfants qui sont sur le document n’apparaissent pas sur cette image du fait de la taille du document supérieure à une feuille A4):

On voit que les 2 documents se complètent. Le 2ème document donne la date exacte de la naissance de André BRESSE et donne toutes les dates de naissance et de décès des enfants. Il donne aussi la génération suivante.

André BRESSE était aussi un marchand, comme son père.

Le document de mon oncle Paul est plus précis sur le mariage. Il était marié avec Anne SIMIAN de Saint Jean de Bournay. Elle avait 2 frères : Claude, bourgeois et Jean, notaire royal.

Le métier de notaire royal est asssez différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. Il est à l’époque banquier, marieur, médiateur, agence immobilière. Il tient ses provisions du roi.

On voit que André BRESSE a eu 12 enfants. Beaucoup sont mort en bas âge. Certains reprennent le prénom d’un autre enfant décédé, et sont nommés par exemple : François II.

Le fils Nicolas devint prêtre et fut curé d’une commune : Chézeneuve situé entre Artas et Bourgoin.

 

L’origine de la famille BRESSE

Vous pouvez cliquer sur le texte qui apparait en bleu qui correspond à un lien hypertexte.

D’après les archives de la commune d’Artas, située à environ 4 kms de Saint Jean de Bournay (Isère), les registres paroissiaux des baptèmes font apparaître un Pierre Ibert BRESSI, né en 1546 environ, c’est le premier ancêtre répertorié dans la commune.

Il faut dire que c’est l’ordonnance de Villers-Cotterets, sous François Ier qui rendit obligatoire à partir de 1540, la tenue de registres paroissiaux de baptême et de sépulture, établis en français. Louis XIV rendit obligatoire la tenue des registres paroissiaux de mariage.

La commune d’Artas est une des communes qui a les plus anciens registres paroissiaux.

On peut donc penser, comme je l’ai souvent entendu dans la famille que ce sont un ou des paysans de la province de la BRESSE qui sont venus dans la commune d’Artas, vers 1500.

Si on fait une recherche sur Internet, le site 123 Généalogie répertorie les origines du nom BRESSE , comme une variante de Berard, qui se rencontre notamment dans la Bresse et la région lyonnaise. Lieux d’origine des Bresse :  Isère (France) |  Vaucluse (France) |  Pyrénées Orientales (France) | Rhône (France) |  Ain (France) |  Bouches du Rhône (France) .

Il existe également des BRESSE, au Canada, en Acadie, à partir de 1800.

Pourquoi ce ou ces paysans sont-ils venus de la BRESSE distante d’environ 100 kms pour s’installer en Dauphiné ?

Les émigrations s’expliquent souvent par le fait que la terre ne pouvait plus suffisamment nourrir les populations, comme en Ecosse, en Irlande, en Bretagne.

La province de la BRESSE était peut-être riche du point de vue agricole, mais l’élevage du poulet de BRESSE n’est mentionné pour la première fois dans les registres de Bourg-en-Bresse qu’en 1591. En 1601, la rumeur prétend que le roi Henri IV fût hébergé en Bresse et  qu’il fût tellement séduit par le goût de la volaille qu’on lui servit qu’il fit le voeu que son peuple puisse toujours mettre « la poule au pot ».

Le poulet et le chapon de BRESSE sont maintenant des plats très recherchés.

Une des raisons qui peuvent expliquer cette émigration est le droit d’aînesse qui confère la totalité ou la majorité des biens d’un foyer au premier né.

Il faut dire qu’à cette époque le nombre de naissances était important et que c’était l’ainé des enfants qui héritait des terres des parents. C’était devenu d’autant plus vrai quand ces paysans / cultivateurs devenaient propriétaires.

Jacques Antoine Charles BRESSE

Vous pouvez cliquer sur le texte qui apparait en bleu qui correspond à un lien hypertexte

Mon Arrière Grand Oncle : Jacques Antoine Charles BRESSE (JAC) :

Celui qui a son nom sur la tour Eiffel !

Il est né le 9 octobre 1822 à Vienne (Isère) – mort le 22 mai 1883 à Paris.

La mère de JAC meurt en 1825. Il n’a que 3 ans. Son père, Innocent François Candide, négociant en draps, à Vienne,  le confie à sa soeur, Jeanne Marie Unité, qui vient de se marier et qui vit à Artas, berceau de la famille BRESSE. Elle va lui servir de mère. Il est élevé comme un paysan. A 7 ans; il ne parle que le patois. On lui dit : « Ba, mije, te case » (Bois, mange et tais-toi) qui est resté célèbre dans la famille.

A 8 ans, on le met au collège à Bourgoin (13 kms), où il va tous les jours en carriole. Il y réussit. On le met en interne (à 15 ans) au lycée de Lyon puis au lycée Saint Louis à Paris. Il entre à 19 ans et dans les premiers à l’Ecole Polytechnique en 1841.

Il obtient son diplôme de l’École Polytechnique en 1843 puis entre à l’Ecole de spécialisation des Ponts et Chaussées. Il est un an ingénieur des Ponts et Chaussées, à Nérac, puis à Bourgoin. Il y fait des drainages, des petits ponts.

En 1848, à 26 ans, Il devient répétiteur et ensuite professeur de mécanique appliquée à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées et à l’École polytechnique..

En 1856, il se marie avec Pauline RAY, qui a 20 ans. Ils n’auront qu’un seul enfant, Marcel, qui est lui-même devenu Inspecteur Général des Ponts et Chaussées. Tous les ans, il va passer quelques jours à Vienne, et aussi à Artas, chez les autres familles BRESSE.

Il entre en 1881 à l’Académie des sciences, section mécanique. Il aura aussi la Légion d’Honneur.

Il se passionne aussi pour la musique et il écrira un traité d’Harmonie.

Le 8 Mai 1883, il s’alite, atteint d’une érysipèle (infection cutanée inflammatoire). Il meurt le 22 Mai 1883,  agé de 61 ans. De nombreux discours de savants seront prononcés sur sa tombe.

Il a écrit des équations qui sont enseignées dans les écoles d’ingénieur, comme Polytechnique, Centrale,  Ponts et Chaussées, Arts et Métiers, INSA sur la déformations des poutres.

Les déformations sont obtenues par sommation (intégration) des déformations élémentaires des petits tronçons de poutre. Elles permettent de calculer les déplacements des poutres sous l’effet du chargement. Elles servent pour le calcul des ponts routiers ou de chemin de fer.

Ces équations sont dites « Equations de BRESSE » ou « Equations de NAVIER-BRESSE »

Dans un de ses cours de l’Ecole Polytechnique, dont je possède un exemplaire, il a fait un avant-propos, qui montre l’importance de son approche, pour les constructions métalliques, comme les ponts ou les tours.

Plus tard, il a fait des recherches hydrauliques, en particulier sur la surface libre des cours d’eau. Ceux-là ont été couramment utilisés dans les constructions de barrages, en particulier pour calculer d’avance comment ils modifieront le cours d’eau en amont du barrage.

Il était inspecteur général des Ponts et Chaussées. A ce titre, il a présidé le jury qui a autorisé Gustave Eiffel à construire le viaduc de Garabit. Il a considéré que Gustave Eiffel devait prendre tous les risques financiers.

Il était décédé lorsque Gustave Eiffel a construit sa Tour, mais celui-ci a voulu lui rendre hommage en mettant son nom au niveau du premier étage, avec d’autres savants (mathématiciens, physiciens, chimistes…) beaucoup plus connus comme Ampère, Lavoisier, Laplace, Chaptal, Gay-Lussac, Béquerel, Coriolis, Coulomb, Foucault….

Une bibliographie lui est consacrée sur Wikipédia (je viens de rajouter sa photo) :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Antoine_Charles_Bresse