La génération suivante : celle d’Etienne BRESSE (1732 – 1777)

Etienne BRESSE, né en 1732,  s’est marié à 27 ans avec Louise FONTANEL de Villeneuve de Marc, le 18 Juillet 1758. Ils ont eu 10 enfants : 8 garçons et 2 filles.

Etienne BRESSE, s’est installé comme notaire royal à Villeneuve de Marc, où il vécu jusqu’à sa mort en 1777, à 45 ans.

(Cliquez sur document pour faire un zoom et faites un retour pour retrouver le texte).

Jean Marcel, l’ainé, dont je descends, est né le 5 septembre 1759. Il devint officier municipal d’Artas en 1796 (an IV).

Ensuite, une fille, Françoise Victoire, née le 25 Septembre 1760, est décédée à 13 ans.

Le second fils, Jean Pierre, né en Juillet 1762 est devenu vicaire d’Artas, en 1787, à 25 ans. Il est décédé en Février 1790, à 27 ans.

Le troisième fils, Etienne, né en Octobre 1764  est décédé à 8 ans.

Ensuite, la deuxième fille, Anne Marguerite, né en Janvier 1766, est décédée à 6 ans.

Le quatrième fils, Jean Vital, est né en Avril 1767. Il est devenu propriétaire à Artas.

Il a épousé en premières noces Marguerite Suzanne GINON, puis en 1808, en secondes noces Joséphine Henriette CUZEL, né en 1790. Ils eurent une seule fille, Françoise Séraphie.

Le cinquième fils, Jean Alphonse, né en Août 1768, est décédé à 3 ans.

Le sixième fils, Louis Hyppolite, né en 1770, est mort à l’armée, pendant les guerres de la République ou de l’Empire de Napoléon Ier.

Le septième fils, Clair Joseph, né en 1772 est aussi mort pendant les guerres.

Le huitième et dernier fils, Casimir, né en 1777, est décédé à Artas, en 1801, à 24 ans.

Louise FONTANEL est décédée le 28 Novembre 1809, à Artas. Elle avait 72 ans. Elle est restée veuve presque 30 ans.

La famille BRESSE à Artas pour les 2 générations suivantes : Philippe et Etienne BRESSE

Vous pouvez cliquer sur le texte qui apparait en bleu qui correspond à un lien hypertexte.

(Cliquez sur document pour faire un zoom et faites un retour pour retrouver le texte).

Comme nous l’avons vu dans l’article précédent, André BRESSE a eu 12 enfants, mais seulement 3 enfants ont atteint l’âge adulte :

- Françoise (libellée N° 2 par mon oncle), née le 13 septembre 1795, qui a été mariée à Thomas MERCIER de Meyrieu , situé à 4 kms d’Artas. Elle décéda à 75 ans à Meyrieu.

- Philippe, dont je descends, né le 7 Avril 1700. Il s’est marié, en 1724 avec Françoise CROIZAT d’Artas. Il est décédé à Artas le 8 Janvier 1743, à 42 ans

- Nicolas , né le 10 Août 1708, prêtre et qui a été curé de Chèzeneuve, situé à 6 kms d’Artas

Philippe BRESSE est devenu bourgeois, c’est à dire quelqu’un qui faisait partie de la bourgeoisie, qui correspondait à la catégorie sociale des commerçants et artisans.

Philippe BRESSE a eu 8 enfants. Seuls 3 enfants ont atteint l’âge adulte et se sont mariés :

- Etienne, l’ainé, dont je descends, né le 23 Août 1732 à Artas. Il s’est marié, en 1758, avec Louise FONTANEL. Il est décédé le 28 Juin 1777, à 44 ans, à Villeneuve de Marc, situé à 8 kms d’Artas, de l’autre coté de Saint Jean de Bournay.

- Geneviève , née le 4 Septembre 1737, mariée à Pierre PELLERIN, marchand, de Bourgoin (12 kms d’Artas)

- Marguerite, née le 8 Novembre 1739 à Artas. Elle s’est mariée à Pierre PERENON de Villeneuve de Marc.

Etienne BRESSE est devenu en 1759, à 27 ans, Notaire royal à Villeneuve de Marc et Procureur ès Cours de Vienne.

C’est François Ier qui a  réglementé la profession de notaire, appelée « notaire royal » sous l’ancien régime : les actes doivent être rédigés en français, leur conservation doit en être assurée et leur existence consignée dans un répertoire. Le notaire est le détenteur du sceau de l’État.
La Révolution n’a pas remis en cause l’institution notariale. Les notaires royaux deviennent notaires publicsun simple changement de dénomination.

Les notaires ont pour rôle de préparer, rédiger, attester, enregistrer et conserver des documents, ou actes notariés, qui ont une valeur légale dans des contrats de droit civil, ainsi que d’offrir des conseils juridiques.

Etienne BRESSE était en même temps Procureur ès cours de Vienne.

La Cour de Vienne correspond au Tribunal, aujourd’hui, Tribunal de Grande Instance (TGI), chargé de juger en premier ressort les affaires civiles les plus importantes.

Le procureur est un juriste chargé de représenter une partie à un procès et d’accomplir en son nom des actes de procédure. A l’époque, il agissait comme un avocat. Ce terme a donné ensuite le sens actuel de procureur qui désigne le représentant du ministère public chargé de la poursuite en justice, ou le représentant du gouvernement auprès de certains tribunaux.

 

La famille BRESSE à Artas jusque vers 1700

Vous pouvez cliquer sur le texte qui apparait en bleu qui correspond à un lien hypertexte.

Mon oncle Paul BRESSE a fait des recherches dans les archives de la commune d’Artas, en utilisant d’abord les registres paroissiaux des baptêmes, des décès puis dans l’état civil, les actes et contrats de mariage.

D’autres documents établis par quelqu’un de la famille vers 1880 montrent la descendance avec des annotations, les dates de naissance, mariage et de décès.

Du fait qu’à cette époque, il n’y avait qu’un seul exemplaire des registres paroissiaux et qu’il y a eu les guerres de religion, des guerres civiles jusqu’en 1601, il y a des incertitudes sur la descendance exacte.

Pierre Ibert BRESSI, a eu 3 enfants : Florie ou Fleury  Benoite, Florian, né entre 1566 et 1575.

Il y a eu ensuite François BRESSY, né en 1600 environ, marié avec Antonia Testu, en 1619. Ils eurent 6 enfants nés entre 1620 et 1634, dont l’ainé fut Benoit né en 1620.

Benoit BRESSY, s’est marié avec Marguerite Sermet. Ils eurent au moins un enfant : Fleury né en 1658.

Ensuite il y a eu Pierre BRAISSI ou BRESSE, né entre 1635 et 1640.

On voit que nous ne sommes pas sûrs de la filiation entre les différents BRESSI ou BRESSY devenu BRAISSI puis BRESSE.

Le document suivant montre la descendance de Pierre BRAISSI ou BRESSE. (Cliquez sur document pour faire un zoom et faites un retour pour retrouver le texte).

A partir de ce Pierre BRAISSI, nous sommes sûrs de la lignée. A chaque génération, le fils marqué d’une croix indique celui dont je suis le descendant direct.

On voit déjà que ce Pierre BRAISSI était un marchand et non plus un cultivateur. Ceci explique qu’il y avait déjà un changement dans le métier.

Les 2 sources de documents, établis par cet ancêtre et mon oncle Paul à partir des archives de la commune, concordent et parfois se complètent.

Prenons l’exemple de la génération suivante, celle de André BRAISSI ou BRESSE. Il est noté BRESSY par mon oncle Paul.

Voici le document de mon oncle Paul:

Voilà le document de mon ancêtre (les 3 premiers enfants qui sont sur le document n’apparaissent pas sur cette image du fait de la taille du document supérieure à une feuille A4):

On voit que les 2 documents se complètent. Le 2ème document donne la date exacte de la naissance de André BRESSE et donne toutes les dates de naissance et de décès des enfants. Il donne aussi la génération suivante.

André BRESSE était aussi un marchand, comme son père.

Le document de mon oncle Paul est plus précis sur le mariage. Il était marié avec Anne SIMIAN de Saint Jean de Bournay. Elle avait 2 frères : Claude, bourgeois et Jean, notaire royal.

Le métier de notaire royal est asssez différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. Il est à l’époque banquier, marieur, médiateur, agence immobilière. Il tient ses provisions du roi.

On voit que André BRESSE a eu 12 enfants. Beaucoup sont mort en bas âge. Certains reprennent le prénom d’un autre enfant décédé, et sont nommés par exemple : François II.

Le fils Nicolas devint prêtre et fut curé d’une commune : Chézeneuve situé entre Artas et Bourgoin.

 

L’origine de la famille BRESSE

Vous pouvez cliquer sur le texte qui apparait en bleu qui correspond à un lien hypertexte.

D’après les archives de la commune d’Artas, située à environ 4 kms de Saint Jean de Bournay (Isère), les registres paroissiaux des baptèmes font apparaître un Pierre Ibert BRESSI, né en 1546 environ, c’est le premier ancêtre répertorié dans la commune.

Il faut dire que c’est l’ordonnance de Villers-Cotterets, sous François Ier qui rendit obligatoire à partir de 1540, la tenue de registres paroissiaux de baptême et de sépulture, établis en français. Louis XIV rendit obligatoire la tenue des registres paroissiaux de mariage.

La commune d’Artas est une des communes qui a les plus anciens registres paroissiaux.

On peut donc penser, comme je l’ai souvent entendu dans la famille que ce sont un ou des paysans de la province de la BRESSE qui sont venus dans la commune d’Artas, vers 1500.

Si on fait une recherche sur Internet, le site 123 Généalogie répertorie les origines du nom BRESSE , comme une variante de Berard, qui se rencontre notamment dans la Bresse et la région lyonnaise. Lieux d’origine des Bresse :  Isère (France) |  Vaucluse (France) |  Pyrénées Orientales (France) | Rhône (France) |  Ain (France) |  Bouches du Rhône (France) .

Il existe également des BRESSE, au Canada, en Acadie, à partir de 1800.

Pourquoi ce ou ces paysans sont-ils venus de la BRESSE distante d’environ 100 kms pour s’installer en Dauphiné ?

Les émigrations s’expliquent souvent par le fait que la terre ne pouvait plus suffisamment nourrir les populations, comme en Ecosse, en Irlande, en Bretagne.

La province de la BRESSE était peut-être riche du point de vue agricole, mais l’élevage du poulet de BRESSE n’est mentionné pour la première fois dans les registres de Bourg-en-Bresse qu’en 1591. En 1601, la rumeur prétend que le roi Henri IV fût hébergé en Bresse et  qu’il fût tellement séduit par le goût de la volaille qu’on lui servit qu’il fit le voeu que son peuple puisse toujours mettre « la poule au pot ».

Le poulet et le chapon de BRESSE sont maintenant des plats très recherchés.

Une des raisons qui peuvent expliquer cette émigration est le droit d’aînesse qui confère la totalité ou la majorité des biens d’un foyer au premier né.

Il faut dire qu’à cette époque le nombre de naissances était important et que c’était l’ainé des enfants qui héritait des terres des parents. C’était devenu d’autant plus vrai quand ces paysans / cultivateurs devenaient propriétaires.