L’histoire de la propriété BRESSE de Saint Marcel à Vienne

Cette propriété est située derrière le Mont Pipet, où il y a la chapelle dédiée à Notre Dame de la Salette, sur la colline de Sainte Blandine. Pour y accéder, venant du centre de Vienne, on prend la route de Beaurepaire, la montée Saint Marcel. On arrive sur un replat et on atteint l’Octroi de la ville de Vienne. Cet octroi, n’existe plus en tant que tel, mais à partir de là, il y a une rue qui s’appelle le Chemin de l’Octroi. Ce chemin devait servir du temps des Romains, car il y a une ancienne voie romaine qui y passe, en partie enfouie où l’on voit encore les roues des chars romains qui ont creusé les pierres de la voie.

Voici le plan de la situation de cette propriété

(Cliquez sur document pour faire un zoom et faites un retour pour retrouver le texte).

On peut aussi accéder à l’octroi, en passant par la rue Pipet qui est plus rapide pour accéder par exemple au Collège Ponsard.

Derrière, il y a un plateau, avec une voie de circulation, le Chemin des Maladières, qui mène au hameau de Saint Benoit. Il y avait sans doute avant une léproserie dans ce quartier.

(Cliquez sur document pour faire un zoom et faites un retour pour retrouver le texte).

La propriété est située entre ce chemin de l’Octroi et le chemin des Maladières.

La famille BRESSE possédait aussi un domaine à Jardin, commune située pas très loin de Vienne, avec une ferme et environ 20 hectares de terrain.

Dans la famille, personne ne connaissait bien l’histoire de la propriété de Saint Marcel. C’est mon père qui a interviewé sa mère, Emma Bertini, le 11 Novembre 1946.

Comme dit dans l’article précédent, c’est Innocent François Candide qui a acheté cette propriété. Son fils, Gustave BRESSE, mon arrière-grand père en a hérité. A l’époque, il n’y avait qu’une ferme et petit pavillon de 2 pièces situé à l’emplacement de la maison bourgeoise actuelle.

La propriété en terrain était plus réduite que par la suite où elle a atteint la surface totale d’environ 4 hectares. Il avait acquis en plus, ce que l’on appelait le jardin d’en bas, situé entre le chemin de l’Octroi et la départementale N°538 qui prenait la suite de la montée Saint Marcel et qui allait à Beaurepaire.

Gustave BRESSE a vraiment fait construire la maison dans son pourtour actuel. C’est-à-dire le rez-de-chaussée avec une grande cuisine taillée en partie dans la roche, et avec une grande verrière, assez haute de plafond, une entrée en forme de hall, un salon avec des ouvertures donnant sur la rue en étage, une salle à manger taillée en partie dans la roche ainsi qu’une alcôve, un bureau donnant sur la rue, une chambre qui servait de lingerie. Au 1er étage, il y avait des chambres, au 2 ème étage, un grenier et une magnanerie. Il s’agissait d’un local, muni d’un système de chauffage, où se pratique l’élevage du vers à soie. Mon arrière-arrière-grand-père, Innocent François Candide avait aussi une magnanerie à Artas.

Du temps de mon grand-père, Francis BRESSE, la propriété s’est agrandie : il a acquis des terrains qui étaient sur le plateau au-dessus de la propriété des Lesueur, industriels de Vienne.

C’est surtout du temps de mon grand-père que la maison s’est agrandie pour atteindre sa situation actuelle.

Vers 1894, au moment de la naissance de mon père, le 2 ème étage a été surélevé, et on a créé le 3 ème étage avec des petits clochetons. On a créé des chambres au 2 ème étage.

Vers 1908, il y a eu l’aménagement du rez-de-chaussée actuel, du 2 ème dont une partie était restée en grenier et des chambres au 3 ème.

Vers 1924, création de la salle du billard au 1 er étage, création d’une montée d’escalier du 1 er au 2 ème par la salle du billard. Le 1er étage avait un accès par l’extérieur et même un accès par le chemin de l’Octroi, indépendant.

C’est cette partie qui a été ensuite coupée en deux, lors de la succession de mon grand-père en 1945. Cela faisait 2 logements indépendants.

C’est mon grand-père qui a amené toutes les commodités, comme le chauffage central, dont la chaudière était située au rez-de-chaussée, une cuisine toute équipée avec des lumières qui s’allumaient pour les domestiques si quelqu’un appelait depuis une chambre. Il y avait une buanderie au niveau du logement à l’étage. Il y avait un grand garage, donnant sur le chemin de l’Octroi. Il y avait dans ce garage, un pressoir et une cuve pour faire le vin. Il y avait un cellier avec des tonneaux pour stocker le vin. Il y avait aussi des endroits de stockage du charbon et du bois, pour la cuisine et la chaudière. L’entrée principale par le chemin de l’Octroi était faite avec un décor en ciment, en forme de grotte, typique des années 1900, avec une véritable amphore romaine.

Mon arrière-grand-père et mon grand-père avaient réalisé tout l’aménagement extérieur du jardin d’agrément : la grande allée située devant la maison, avec une terrasse extérieure, des balustrades typiques de l’époque. Il y avait un immense érable sycomore qui faisait beaucoup d’ombre, pour pouvoir manger dessous.

Partout dans le jardin, il y avait des lieux privilégiés, avec un terrain pour jouer à la boule lyonnaise, des abris décoratifs, avec une armature en fer. Il y a eu aussi des plantations d’arbres, comme les platanes dans l’allée principale, des pins et des sapins, et même un sequoia.

L’alimentation en eau

Comme toutes les propriétés de l’époque, il n’y avait pas l’eau de ville apportée par la commune. Elle n’est arrivée que dans les années 1950. La propriété était alimentée par des puits situés sur la propriété et surtout par une source privative qui était située vers Jardin. Il y avait une canalisation qui amenait cette eau jusqu’à la propriété. Elle suivait la route départementale, puis passait en dessous pour alimenter la maison et allait, car il y avait du débit et de la pression jusqu’à un bassin qui avait été creusé sur le plateau, comme trop-plein. Ce bassin avait à peu près 15 mètres de diamètre et une profondeur de 2 m, au plus profond. Il a beaucoup servi pour l’arrosage des cultures et du jardin. Ce bassin a aussi servi de piscine, l’été. Quand, il y a eu l’eau de ville, il y avait un système qui permettait de basculer d’une eau à l’autre.

Quelles étaient les cultures ?

Il y avait une ferme sur la propriété avec une famille de paysans. Du temps de mes grands-parents, la propriété était pour l’essentiel de la vigne. C’est pour cela que le garage était équipé pour le vin.

Du temps de mon père, qui a repris la propriété vers 1950, il a arraché une bonne partie de la vigne qui ne représentait plus qu’un hectare. Il a planté aussi des raisins pour manger, comme les « dattiers de Saint Vallier » qui pouvaient se conserver jusqu’à Noël.

Mon père a ensuite planté que des arbres fruitiers, comme des cerisiers, pêchers, abricotiers, des poiriers, des pommiers.

Lorsqu’il s’est trouvé en retraite, mon père a repris entièrement la propriété et s’est lancé dans l’arboriculture. Toutes les cultures étaient essentiellement sur le plateau. En plus des pêchers, abricotiers, il a planté beaucoup de poiriers (claps, guyot, louise-bonne, williams). Les poires Williams étaient la spécialité de Vienne et sa région. Il avait beaucoup de producteurs. On produisait même de la liqueur, la Williamine. Chaque année, la récolte de la poire williams était importante, de l’ordre d’une tonne et était vendue à un grossiste.

Dans les années 60, mon père a fait la plantation de variétés de pommes américaines, en espalier. De toutes ces variétés, certaines sont encore connues, Golden Delicious, Red, Richared, Winter Banana, puis d’autres.

Qu’est devenue la propriété au décès de mon grand-père, Francis BRESSE ?

Mon grand-père est décédé le 9 octobre 1941, à Vienne, à l’âge de 80 ans.

Mon grand-père, était avoué à Vienne et conseiller général pour le Département de l’Isère jusqu’à la fin de sa vie.

On était alors en pleine guerre de 40-45.

A cette époque, mon grand-père avait 4 enfants vivants :
-        ma tante Françoise, née en 1887, qui avait perdu son mari, Paul Sautreaux, médecin, décédé en 1928. A cette époque elle avait 4 enfants vivants : Renée née en 1913 qui était religieuse, Paulette née en 1916, mariée, François, né en 1920, Claude, né en 1924
-        ma tante Madeleine, née en 1889, mariée avec Pierre Gardon, sans enfant
-        mon oncle Paul, né en 1891, architecte, célibataire à ce moment là
-        mon père, Jean, né en 1894, marié en 1928 à Madeleine Sève qui est décédée au Maroc, en Février 1943. Mon père s’est remarié avec ma mère, Suzanne Henry en 1944. Mon père avait 5 enfants avec moi qui suit né à Vienne le 20 Septembre 1945.

Compte-tenu de la guerre, il était trop difficile de faire la succession. Pendant la guerre, ma grand-mère vivait dans la maison, avec ma tante Françoise, qui avait encore 2 fils à charge.

Mon père est rentré du Maroc en 1945, et s’est occupé à ce moment-là de la succession.

Le notaire chargé de la succession était le notaire de la famille, Maitre Pierre Frécon. Il fallait faire 4 lots d’une valeur à peu près égale. Il y avait aussi un géomètre et un expert, Mr Barathon.

Le notaire avait défini 4 lots :
-        le premier lot : le rez-de-chaussée et une partie du  1 er étage de la maison bourgeoise, pour 552 000 francs
-        le deuxième lot : une partie du premier étage, le deuxième et le troisième pour 471 000 francs
-        le troisième lot : une partie des terrains avec la ferme, occupée par Mr Ailloud, pour 410 000 francs
-        le quatrième lot : le domaine de Jardin pour 400 000 francs

Les bénéficiaires étaient d’accord pour que Mme Emma, veuve BRESSE, soit usufruitière de la maison pour son usage personnel.

Le tirage au sort a été effectué le 2 Novembre 1945. Le résultat a été le suivant :
-        le premier lot est attribué à ma tante Madeleine,
-         le deuxième lot est attribué à ma tante Françoise
-         le troisième lot est attribué à mon père
-         le quatrième lot est attribué à mon oncle Paul

L’acte de succession stipulait qu’il y aurait un règlement de copropriété définissant quelles étaient les choses communes entre les lots 1, 2 et 3, comme la maison bourgeoise, les chemins d’accès, la buanderie, les règles à respecter, en particulier d’avoir l’accord des autres propriétaires pour faire des modifications extérieures, et ensuite les charges communes.

Avec le 1er et le 2 ème lots, il y avait aussi les terrains afférents, comme les jardins d’agrément. Ma tante Françoise est devenue ainsi propriétaire des terrains situés sur le plateau, au-delà du bassin qui était en copropriété.

Mon père est devenu propriétaire de la ferme Ailloud avec tous les terrains afférents, où était situé les vignes et également le « jardin d’en bas ».

Après le décès de ma grand-mère, en 1950, ma tante Françoise a loué le logement à Mr et Mme Gautier, retraités avec un fils, ex-directeur de la Caisse d’Epargne de Vienne.

Comment mon père a pu devenir le seul occupant avec sa famille de 5 enfants de la maison bourgeoise (lot N°1) ?

Le lot N° 1 correspondait au rez-de-chaussée et une partie du 1 er étage de la maison bourgeoise qui était la propriété de ma tante Madeleine. Elle a accepté de la louer à mon père, en gardant l’usage de 2 pièces, dont l’une correspondait à la chambre à coucher de mes grands-parents.

Ma tante Madeleine, qui n’avait pas d’enfants, n’a jamais voulu dire à qui elle lèguerait son lot.

A son décès, en 1981, on a appris qu’elle l’avait légué à mes deux cousines germaines, filles de ma tante Françoise, Renée, religieuse, carmélite, et Léonie Marie Paule (dite Paulette) mariée à Pierre Rochas. Comme elles n’en n’avait pas l’usage, elles le mirent en vente au gendre de mon cousin germain, François Sautreaux, Jean Michel Gobba, mari de Martine Sautreaux, fille de François Sautreaux qui était déjà propriétaire du lot n° 2, au décès de ma tante Françoise.

Mon père louait aussi les terrains qui étaient sur le plateau qui appartenait à ma tante Françoise, puis après son décès à son fils Claude, mon cousin germain. Celui-ci a voulu vendre les terrains du plateau. Sur ce terrain a été construit une maison.

Mon père, a voulu de son vivant faire une donation partage des terrains à ses 5 enfants qui a l’avantage de frais de succession réduits. Finalement, ce fut trop compliqué et il a vendu des terrains qui étaient accessibles par le chemin des Maladières, pour en faire un lotissement, avec un chemin d’accès qui s’appelle, le Parc de l’Octroi.

A son décès, en 1982, il ne restait propriétaire que de terrains enclavés, soit autour du bassin, pour des raisons de sécurité, soit du coté de l’accès chemin de l’Octroi, près du puits. La vente de ces terrains ne s’est faite qu’en 2017, à l’occasion de la vente du lot N° 2 qui appartenait, en copropriété aux 5 filles de mon cousin François, à Vincent Gobba, le fils de Jean Michel Gobba pour faire construire des maisons.

Quelques photos de l’extérieur de la maison de Saint Marcel.

(Photo JF BRESSE)

La maison avec une partie de la propriété, correspondant au jardin d’agrément, en 1961

On aperçoit en premier plan, le « jardin d’en bas » qui avait été loué, pour la partie droite à un pépiniériste et marchand de fleurs de Vienne, Mr De Clippler, et vendu pour la partie gauche, à un jeune ingénieur, chez Elf à Feyzin, Mr Gelin qui s’est trouvé être un cousin issu de germain de mon beau-père, René Gelin. On voit sa maison qui est en construction. On aperçoit le chemin de l’Octroi.

(Photo JF BRESSE)

On aperçoit la maison prise d’un peu plus loin, à la même époque, avec la route départementale N°538.

(Photo JF BRESSE)

Une autre vue qui montre la partie jardin d’agrément du lot N°2

(Photo JF BRESSE)

Une vue de la toiture depuis le plateau où est situé le bassin

(Photo Paul BRESSE)

Une vue de la terrasse vers 1914, avec à droite, ma tante Françoise, derrière, ma tante Madeleine, et dans les bras de ma grand-mère, Emma, la fille Renée de ma tante Françoise

(Photo Paul BRESSE)

Une vue du jardin d’agrément, coté du lot N°2, en 1910

(Photo JF BRESSE)

Vue de la maison avec ses 3 étages vers 1958

(ma sœur Marie-Françoise et moi)

(Photo JF BRESSE)

Vue la grande allée avec l’érable sycomore (à droite)

(Photo JF BRESSE)

Vue la grande allée avec l’érable sycomore (à gauche)

(Photo JF BRESSE)

Vue du bassin qui servait de piscine

Le paysage vu de la maison par le peintre Hippolyte LETY 

Le mur du jardin d’en bas, avec au fond La Passardière

Le ruisseau de Saint Marcel avec La Passardière

Quel est le nombre de maisons actuellement sur le terrain de la propriété ?

Dans la situation actuelle, on peut compter 14 maisons en plus de la maison BRESSE.

De plus 4 maisons sont en construction, sur le terrain du lot 2 qui a été rachetée par Vincent Gobba.

Innocent François Candide BRESSE, mon arrière, arrière-grand-père (1791-1864)

Innocent François Candide BRESSE, mon arrière, arrière-grand-père, est le troisième fils, de Jean Marcel BRESSE. Pour la biographie de Jean Marcel BRESSE, voir l’article précédent.

(Cliquez sur document pour faire un zoom et faites un retour pour retrouver le texte).

Jean Marcel était propriétaire au Revollet d’Artas. Il devint Officier municipal d’Artas, puis Maire de la commune, à partir de l’an III (1795) et Juge de Paix de Saint Jean de Bournay.

Jean Marcel a eu 9 enfants, 7 garçons et 2 filles :
-        Louis Antoine Alexandre, né le 27 Décembre 1787, propriétaire à Artas
-        Jean Baptiste Victor, né le 12 Mars 1789.  Il était notaire à Artas. Il est élu maire plusieurs fois à partir de 1831 jusqu’ à sa mort, le 5 Mai 1861.
-        Innocent François Candide, dont je descends, est né le 9 Mars 1791
-        Marie Antoinette Emilie, née à Artas, le 8 Août 1793
-        Jean Etienne, né le 25 Messidor an III (13 Juillet 1795).
-        Joseph Etienne, né le 8 Prairial an V ( 27 Mai 1797), propriétaire, à Artas
-        Benoit Marcel. Il est né le 7 Floréal an VIII (27 Avril 1800), propriétaire, à Artas
-        Sixte Hippolyte, né le 16 Germinal an XII (6 Avril 1804).
-        Jeanne Marie Unité, né 10 Novembre 1806.

Innocent François Candide est né le 9 Mars 1791, à Artas. Il est décédé le 7 Mars 1864, à Vienne, à presque 73 ans. Il a épousé Marguerite Louise PEROUSE, le 7 Septembre 1818. Il avait 27 ans et elle 17 ans.

Marguerite Louise PEROUSE est née à Saint Alban du Rhône, le 1er Juillet 1801. Son père, Jacques PEROUSE, était notaire royal au Parlement du Dauphiné. Sa mère était Jeanne Marie COURBON des GOUX de FAUBERT.

Innocent François Candide, négociant en laines, est venu s’installer à Vienne.
Marguerite Louise PEROUSE est décédée à Vienne, le 13 Janvier 1825, à 23 ans:
Ils n’eurent que 2 fils :

- Jean Louis Gustave, en 1819, mon arrière-grand-père,
- Jacques Antoine Charles, en 1822. C’est lui qui a son nom sur la Tour Eiffel et vous pouvez consulter sa biographie, avec des éléments nouveaux, sur le premier article.

Innocent François Candide a bien réussi, puisque c’est lui qui a acheté et fait construire la maison bourgeoise du Chemin des Maladières, avec 4 ha de terres et des fermes. Cette propriété est restée dans la famille 4 générations.

Innocent François Candide, est né juste après la Révolution. C’est pour cela qu’on lui a donné des prénoms qui tranchent, avec la lignée précédente :

-  Innocent vient du latin qui « ne nuit pas ». Il correspond à souvent à des enfants Capricornes, puisque les saints Innocents sont fêtés le 28 décembre. Il y a eu aussi des Papes Innocent.

- Candide vient du latin « candidus », d’un blanc brillant. Le prénom Candide a surtout été rendu célèbre avec le roman de Voltaire (1759), dont le héros démontre que « tout n’est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ». Le mot est passé dans la langue courante pour désigner un jeune homme un peu innocent. Candide fut un martyr à Rome. Il se fête le 3 octobre.

Du fait que Marguerite Louise PEROUSE est décédée le 13 Janvier 1825, à 23 ans, Innocent François Candide, confie son fils, Jacques Antoine Charles, âgé de 3 ans, à sa sœur, Jeanne Marie Unité, sans enfants, qui va lui servir de mère.

Pourquoi Innocent François Candide est-il venu s’implanter à Vienne et devenir négociant en laines ?

Toute la famille BRESSE, devenue pour la plupart propriétaire, puis notaire ou juge de paix, Innocent François Candide, est le premier de la famille à devenir négociant. Il vient s’implanter naturellement à Vienne, car à ce moment-là, Vienne était devenue la capitale du drap de laine qui sert à faire des vestes, pantalons, manteaux.

Au 18e siècle l’industrie drapière prend son essor à Vienne. La manufacture Charvet côtoie de nombreux ateliers familiaux. Avec l’arrivée de la machine à vapeur à partir de 1838, la ville se couvre d’une forêt de cheminées. Le drap cardé est un tissu bon marché fabriqué en mélangeant de la laine nouvelle et des chiffons effilochés. La laine a des propriétés intéressantes pour les uniformes militaires, très demandés dès l’époque de Napoléon. Elle peut absorber un tiers de son poids en eau sans être mouillée. L’eau passe de fibre en fibre jusqu’à la surface pour s’évaporer. La laine tient donc chaud, même humide.

La production textile, notamment les « draps de troupes », fait vivre une grande partie de la population viennoise au 19e siècle. Dans les années 1870, Vienne compte 26 000 habitants ; 15 000 d’entre eux travaillent dans les usines de la vallée de la Gère et à Estressin. Journée de travail de plus de 10 heures, poussière, vacarme des machines, alarmes annonçant les changements de faction… Vienne vit au rythme incessant des usines.

Pour devenir négociant en laines, il fallait mettre sur pied tout un réseau de fourniture de laines.

Entreprise commune entre les frères Innocent François Candide et Jean Baptiste Victor pour une magnanerie

D’autre part, Innocent François Candide a eu l’esprit d’entreprise, puisqu’il a financé avec son frère, Jean Baptiste Victor une magnanerie, implantée à Artas, faite de nombreux arbres à soie (mûriers), dont il reste 2 exemplaires à Artas. Cette entreprise a été créée vers 1826. Beaucoup de dépenses ont été engagées, mais il n’y avait pas beaucoup de recettes. En 1855, Innocent François Candide se plaint auprès de son frère Jean Baptiste Victor du fait qu’il a mis beaucoup d’argent mais que cela ne rapporte pas beaucoup.

Ci-joint le contenu de la lettre fourmi par Mr Pascal CHAUVIN.

Au cimetière d’Artas, on peut voir encore le caveau de la famille d’Innocent François Candide, avec une partie de ses descendants.

La génération suivante : celle de Jean Marcel BRESSE (1759-1820)

Jean Marcel BRESSE, dont je descends, est né le 5 septembre 1759 à Villeneuve de Marc. Il s’est marié avec Marie CLERET, de Saint Georges d’Espéranche, née en 1763.

Ils ont eu 9 enfants: 7 garçons et 2 filles.

Jean Marcel était propriétaire au Revollet d’Artas. Il devint Officier municipal d’Artas, puis Maire de la commune, à partir de l’an III (1795) et Juge de Paix de Saint Jean de Bournay. Il est mort à Artas, le 22 Décembre 1820, à 61 ans. Marie CLERET est décédée en 1837, à 74 ans.

(Cliquez sur document pour faire un zoom et faites un retour pour retrouver le texte).

Jean Marcel BRESSE a vécu la Révolution, et il a été un des premiers maires de la commune d’Artas.

Après la Révolution, les maires sont élus au suffrage direct pour 2 ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune, contribuables payant une contribution au moins égale à 3 journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt au moins équivalent à dix journées de travail.

La première élection à Artas date de 1790. Jean Marcel a été successivement Officier municipal et Maire, jusqu’en 1815. La famille BRESSE a fourni plusieurs maires à la commune d’Artas, sur 4 générations.

Le calendrier républicain a été adopté par la Révolution, à partir de 1792 jusqu’ à 1806. Il débute le 1er vendémiaire an I (22 Septembre 1792),  jour de proclamation de la République, déclaré premier jour de l’« ère des Français ». Chaque nom de mois rappelle un aspect du climat français (décembre, nivose en rapport avec le thème de la neige) ou des moments importants de la vie paysanne (septembre, vendémiaire, les vendanges). Chaque jour est caractérisé par le nom d’un produit agricole, d’une plante, d’un animal ou d’un outil en lieu et place des noms de saints du calendrier traditionnel. De ce fait, ce calendrier, que ses concepteurs voulaient « universel », était fortement lié à son pays d’origine et au poids économique que représentaient les activités agricoles à l’époque. Napoléon abrogea le calendrier républicain et instaura le retour au calendrier grégorien à partir du 1er Janvier 1806.

Le premier fils de Jean Marcel, Louis Antoine Alexandre, est né le 27 Décembre 1787, marié à Marie Félicité GERBOLLET. Ils eurent 3 enfants.  Il était propriétaire au Revollet d’Artas. Il est mort à Artas en 1852.

Son deuxième fils, Jean Baptiste Victor, est né le 12 Mars 1789, marié à Victorine CLERET, de Saint Georges d’Espéranche, née en 1807 (lien de parenté avec sa belle-mère ?). Ils eurent 3 enfants. Il était notaire à Artas. Il est élu maire plusieurs fois à partir de 1831 jusqu’ à sa mort, le 5 Mai 1861.

Le troisième fils, Innocent François Candide, dont je descends, est né le 9 Mars 1791, à Artas. Il est décédé le 7 Mars 1864, à Vienne, à presque 73 ans. Il a épousé Marguerite Louise PEROUSE, le 7 Septembre 1818. Il avait 27 ans et elle 17 ans.

Marguerite Louise PEROUSE est née à Saint Alban du Rhône, le 1er Juillet 1801. Son père, Jacques PEROUSE, était notaire royal au Parlement du Dauphiné. Sa mère était Jeanne Marie COURBON des GOUX de FAUBERT.

Innocent François Candide, négociant en laines, est venu s’installer à Vienne.

Marguerite Louise PEROUSE est décédée à Vienne, le 13 Janvier 1825, à 23 ans:

Ils n’eurent que 2 fils :

- Jean Louis Gustave, en 1819, dont je descends

- Jacques Antoine Charles, en 1822. C’est lui qui a son nom sur la Tour Eiffel et vous pouvez consulter sa biographie, avec des éléments nouveaux, sur le premier article.

Innocent François Candide a bien réussi, puisque c’est lui qui a acheté et fait construire la maison bourgeoise du Chemin des Maladières, avec 4 ha de terres et des fermes. Cette propriété est restée dans la famille 4 générations.

Innocent François Candide, est né juste après la Révolution. C’est pour cela qu’on lui a donné des prénoms qui tranchent, avec la lignée précédente :

-  Innocent vient du latin qui « ne nuit pas ». Il correspond à souvent à des enfants Capricornes, puisque les saints Innocent sont fêtés le 28 décembre. Il y a eu aussi des Papes Innocent.

- Candide vient du latin « candidus », d’un blanc brillant. Le prénom Candide a surtout été rendu célèbre avec le roman de Voltaire (1759), dont le héros démontre que « tout n’est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ». Le mot est passé dans la langue courante pour désigner un jeune homme un peu innocent. Candide fut un martyr à Rome. Il se fête le 3 octobre.

L’enfant suivant de Jean Marcel, est une fille, Marie Antoinette Emilie, née à Artas, le 8 Août 1793. Elle s’est mariée, le 19 Novembre 1813, à Marc NEMOZ de la Batie Montgascon. Elle a eu une fille. Elle est morte à Artas, le 8 Avril 1865.

L’enfant suivant de Jean Marcel, est un fils, Jean Etienne. Il est né le 25 Messidor an III (13 Juillet 1795). Il est décédé en 1796.

L’enfant suivant de Jean Marcel, est un fils, Joseph Etienne. Il est né le 8 Prairial an V ( 27 Mai 1797). Il s’est marié à Marie PIGNARD le 20 Septembre 1850, à 53 ans. Il a eu 2 fils. Il était propriétaire. Il est mort à Artas en 1866.

L’enfant suivant de Jean Marcel, est un fils, Benoit Marcel. Il est né le 7 Floréal an VIII (27 Avril 1800). Il s’est marié avec Joséphine VERDELET, en Novembre 1828. Ils eurent 8 enfants.  Il était propriétaire. Il est mort à Artas en 1876.

L’enfant suivant de Jean Marcel, est un fils, Sixte Hippolyte. Le prénom Sixte, vient du fait que c’est le 6 ème fils. Il est né le 16 Germinal an XII (6 Avril 1804). Il est mort à Lyon, sans descendance.

Le dernier enfant de Jean Marcel, est une fille, la deuxième, Jeanne Marie Unité. Le choix du prénom Unité, contraste aussi avec les prénoms habituels, peut-être en rapport avec la Révolution.  Elle est né 10 Novembre 1806. Elle a épousé, en 1826, Philippe André ORJOLLET, médecin à Saint Jean de Bournay. Ils n’ont pas eu de descendance. Elle est décédée, le 13 Août 1894, à 87 ans.

Du fait que Marguerite Louise PEROUSE est décédée le 13 Janvier 1825, à 23 ans, Innocent François Candide, confie son fils, Jacques Antoine Charles, agé de 3 ans, à sa soeur, Jeanne Marie Unité, sans enfants, qui va lui servir de mère.

 

La famille BRESSE à Artas pour les 2 générations suivantes : Philippe et Etienne BRESSE

Vous pouvez cliquer sur le texte qui apparait en bleu qui correspond à un lien hypertexte.

(Cliquez sur document pour faire un zoom et faites un retour pour retrouver le texte).

Comme nous l’avons vu dans l’article précédent, André BRESSE a eu 12 enfants, mais seulement 3 enfants ont atteint l’âge adulte :

- Françoise (libellée N° 2 par mon oncle), née le 13 septembre 1795, qui a été mariée à Thomas MERCIER de Meyrieu , situé à 4 kms d’Artas. Elle décéda à 75 ans à Meyrieu.

- Philippe, dont je descends, né le 7 Avril 1700. Il s’est marié, en 1724 avec Françoise CROIZAT d’Artas. Il est décédé à Artas le 8 Janvier 1743, à 42 ans

- Nicolas , né le 10 Août 1708, prêtre et qui a été curé de Chèzeneuve, situé à 6 kms d’Artas

Philippe BRESSE est devenu bourgeois, c’est à dire quelqu’un qui faisait partie de la bourgeoisie, qui correspondait à la catégorie sociale des commerçants et artisans.

Philippe BRESSE a eu 8 enfants. Seuls 3 enfants ont atteint l’âge adulte et se sont mariés :

- Etienne, l’ainé, dont je descends, né le 23 Août 1732 à Artas. Il s’est marié, en 1758, avec Louise FONTANEL. Il est décédé le 28 Juin 1777, à 44 ans, à Villeneuve de Marc, situé à 8 kms d’Artas, de l’autre coté de Saint Jean de Bournay.

- Geneviève , née le 4 Septembre 1737, mariée à Pierre PELLERIN, marchand, de Bourgoin (12 kms d’Artas)

- Marguerite, née le 8 Novembre 1739 à Artas. Elle s’est mariée à Pierre PERENON de Villeneuve de Marc.

Etienne BRESSE est devenu en 1759, à 27 ans, Notaire royal à Villeneuve de Marc et Procureur ès Cours de Vienne.

C’est François Ier qui a  réglementé la profession de notaire, appelée « notaire royal » sous l’ancien régime : les actes doivent être rédigés en français, leur conservation doit en être assurée et leur existence consignée dans un répertoire. Le notaire est le détenteur du sceau de l’État.
La Révolution n’a pas remis en cause l’institution notariale. Les notaires royaux deviennent notaires publicsun simple changement de dénomination.

Les notaires ont pour rôle de préparer, rédiger, attester, enregistrer et conserver des documents, ou actes notariés, qui ont une valeur légale dans des contrats de droit civil, ainsi que d’offrir des conseils juridiques.

Etienne BRESSE était en même temps Procureur ès cours de Vienne.

La Cour de Vienne correspond au Tribunal, aujourd’hui, Tribunal de Grande Instance (TGI), chargé de juger en premier ressort les affaires civiles les plus importantes.

Le procureur est un juriste chargé de représenter une partie à un procès et d’accomplir en son nom des actes de procédure. A l’époque, il agissait comme un avocat. Ce terme a donné ensuite le sens actuel de procureur qui désigne le représentant du ministère public chargé de la poursuite en justice, ou le représentant du gouvernement auprès de certains tribunaux.

 

Jacques Antoine Charles BRESSE

Vous pouvez cliquer sur le texte qui apparait en bleu qui correspond à un lien hypertexte

Mon Arrière Grand Oncle : Jacques Antoine Charles BRESSE (JAC) :

Celui qui a son nom sur la tour Eiffel !

Il est né le 9 octobre 1822 à Vienne (Isère) – mort le 22 mai 1883 à Paris.

La mère de JAC meurt en 1825. Il n’a que 3 ans. Son père, Innocent François Candide, négociant en draps, à Vienne,  le confie à sa soeur, Jeanne Marie Unité, qui vient de se marier et qui vit à Artas, berceau de la famille BRESSE. Elle va lui servir de mère. Il est élevé comme un paysan. A 7 ans; il ne parle que le patois. On lui dit : « Ba, mije, te case » (Bois, mange et tais-toi) qui est resté célèbre dans la famille.

A 8 ans, on le met au collège à Bourgoin (13 kms), où il va tous les jours en carriole. Il y réussit. On le met en interne (à 15 ans) au lycée de Lyon puis au lycée Saint Louis à Paris. Il entre à 19 ans et dans les premiers à l’Ecole Polytechnique en 1841.

Il obtient son diplôme de l’École Polytechnique en 1843 puis entre à l’Ecole de spécialisation des Ponts et Chaussées. Il est un an ingénieur des Ponts et Chaussées, à Nérac, puis à Bourgoin. Il y fait des drainages, des petits ponts.

En 1848, à 26 ans, Il devient répétiteur et ensuite professeur de mécanique appliquée à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées et à l’École polytechnique..

En 1856, il se marie avec Pauline RAY, qui a 20 ans. Ils n’auront qu’un seul enfant, Marcel, qui est lui-même devenu Inspecteur Général des Ponts et Chaussées. Tous les ans, il va passer quelques jours à Vienne, et aussi à Artas, chez les autres familles BRESSE.

Il entre en 1881 à l’Académie des sciences, section mécanique. Il aura aussi la Légion d’Honneur.

Il se passionne aussi pour la musique et il écrira un traité d’Harmonie.

Le 8 Mai 1883, il s’alite, atteint d’une érysipèle (infection cutanée inflammatoire). Il meurt le 22 Mai 1883,  agé de 61 ans. De nombreux discours de savants seront prononcés sur sa tombe.

Il a écrit des équations qui sont enseignées dans les écoles d’ingénieur, comme Polytechnique, Centrale,  Ponts et Chaussées, Arts et Métiers, INSA sur la déformations des poutres.

Les déformations sont obtenues par sommation (intégration) des déformations élémentaires des petits tronçons de poutre. Elles permettent de calculer les déplacements des poutres sous l’effet du chargement. Elles servent pour le calcul des ponts routiers ou de chemin de fer.

Ces équations sont dites « Equations de BRESSE » ou « Equations de NAVIER-BRESSE »

Dans un de ses cours de l’Ecole Polytechnique, dont je possède un exemplaire, il a fait un avant-propos, qui montre l’importance de son approche, pour les constructions métalliques, comme les ponts ou les tours.

Plus tard, il a fait des recherches hydrauliques, en particulier sur la surface libre des cours d’eau. Ceux-là ont été couramment utilisés dans les constructions de barrages, en particulier pour calculer d’avance comment ils modifieront le cours d’eau en amont du barrage.

Il était inspecteur général des Ponts et Chaussées. A ce titre, il a présidé le jury qui a autorisé Gustave Eiffel à construire le viaduc de Garabit. Il a considéré que Gustave Eiffel devait prendre tous les risques financiers.

Il était décédé lorsque Gustave Eiffel a construit sa Tour, mais celui-ci a voulu lui rendre hommage en mettant son nom au niveau du premier étage, avec d’autres savants (mathématiciens, physiciens, chimistes…) beaucoup plus connus comme Ampère, Lavoisier, Laplace, Chaptal, Gay-Lussac, Béquerel, Coriolis, Coulomb, Foucault….

Une bibliographie lui est consacrée sur Wikipédia (je viens de rajouter sa photo) :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Antoine_Charles_Bresse